lundi 5 juin 2017

Chauffage coupé le 06/06/2017 : on sent nettement la différence le matin.

Matin frais après la coupure du chauffage collectif.

Pour éviter cela, certaines copropriétés ne coupent plus le chauffage de l'année. Le coût est négligeable lorsque la chaufferie est très bien réglée et les résidants apprécient.

À Bellevue, toujours en tard d'une guerre, le même retard impose l'immobilisme avec ce nouveau conseil syndical pléthorique et immobile.

samedi 4 février 2017

Pourqoi notre conseil syndical refuse-t-il de communiquer ?

Réponse : demander à chacun de ses membres, individuellement.

Lorsqu'on questionne le syndic de copropriété, il ne parle pas des membres officiels du conseil syndical, mais d'un copropriétaire qui n'en fait pas partie, mais est pourtant omniprésent (la taupe).

Tant que l'immeuble n'aura pas retrouvé une organisation saine, nous demeurerons dans cet état d'immobilisme avec un immeuble vieillissant et de moins en moins de moyens : une spirale infernale, un patrimoine qui se détériore,...

Que chacun questionne chacun des membres du conseil syndical , qui s'il a une once de transparence, peut répondre aisément...

samedi 28 janvier 2017

Il ne reste que quelques jours pour payer les charges du 1er trimestre 2017.

Selon la méthodologie "historique", il ne reste que quelques jours pour payer les charges du 1er trimestre 2017.

Cette méthodologie ancienne permettait de payer les charges juste avant la relance par lettre simple et gratuite que doit émettre le syndic dans les 30 jours de la date limite pour payer, soit respectivement concernant cette date limite :
- le 31/12 (pour le 1er trimestre d'une année quelconque),
- le 31/03 (pour le 2ème trimestre d'une année quelconque),
- le 30/06 (pour le 3ème trimestre d'une année quelconque),
- le 30/09 (pour le 4ème trimestre d'une année quelconque),

lorsque l'exercice comptable est calé sur l'année civile.

Elle n'a normalement plus court aussi simplement aujourd'hui puisqu'il faut payer les sommes au plus tard à ces dates.

C'est :
  1. par tolérance, 
  2. pour éviter de se mettre les copropriétaires à dos et 
  3. en raison d'une trésorerie abondante pour l'immeuble avec une avance de trésorerie garnie au maximum (jusqu'à 1/6ème du budget annuel),
que notre syndic continue dans le schéma historique.

Attention, s'il était plus sévère (mais comment le pourrait-il avec autant de fonds dormants !), au risque de se mettre les copropriétaires à dos, il pourrait changer sa méthode.

En tant que représentant légal du syndicat (et son comptable), il n'aurait même pas besoin de demander son avis à notre conseil syndical, lui aussi dormant.

Mais il faudrait tout de même qu'il nous donne plus de visibilité ( par des informations) sur son activité pour recouvrer les impayés plutôt que réclamer de plus en plus d'avances et de budget...

Notre conseil syndical ne semble pas plus décidé aujourd'hui qu'hier pour nous réunir (en local) et nous donner des informations régulières, pas même au moins un réunion au bout de 6 mois après l'assemblée générale annuelle, et une réunion quelques semaines avant l'assemblée générale annuelle suivante pour savoir et comprendre ce qui est concocté et souvent surprenant.

***

L'assemblée générale convoquée pour approuver les comptes de l'exercice 2016 (c'est la terminologie exacte) approche...

Observons que les trous dans la voirie sont de plus en plus profonds sans être rebouchés, que les troènes morts n'ont toujours pas été remplacés malgré l'enveloppe de 3.000 euros confiée au conseil syndical pour des dépenses communes dans l'exercice 2016.

Mais que la bouche d'égout engorgée au nord du parking OUEST a bien été dégorgée, non sans mal... et sans savoir qui seule la copropriété doit payer cette facture.


.

samedi 21 janvier 2017

Deux plombiers, deux avis.

Les deux sont venus des jours sans pluie, d'où absence totale de trace de fuite lors de leur passage, le second vendredi 20/01/2017 à la nuit tombée.

Pour le premier, sans aucun examen autre que visuel, il vend un remplacement de plusieurs sections dans les deux appartements.
Il n'a pas touché la colonne de sa main, même pour tapoté pour écouter éventuellement un son révélateur.
Il vend uniquement le fait d'être le premier : il pense que la colonne est brisée au niveau du sol ;
(de façon objective, personne ne comprend comment il peut arriver à une telle conclusion avec uniquement un examen visuel et quelques clichés pris au passage au smartphone sans même en demander l'autorisation) ;
l'emboiture de l'appartement du dessus, elle, est véritablement fuyarde (ce qu'il n'a pas pu constater lui-même puisqu'il ne pleuvait pas), peut-être fendue verticalement.
Il ne donne pas plus d'explication sur le diamètre des colonnes qu'il dit remplacer par du 125.
(à l'extérieur, le diamètre mesuré est d'environ 140 mm).
Un plombier qui ne veut pas se salir les mains, même pour établir un devis, ce n'est pas usuel.
Un plombier qui ne veut donner aucune explication et se contente d'arguments d'autorité, c'est surprenant.

Le deuxième, informé qu'il n'est pas le premier, écoute et observe, passe la main, touche et propose, explique. Il ne prend des clichés photographiques qu'après en avoir demandé l'autorisation.
Peut-être ses explications sont-elles incomplètes, mais il fait au moins un effort d'observations et d'explications.
Il ne veut pas tout casser d'emblée, mais explique ce dont il dispose "en magasin", ce qu'il sait faire et ce qu'il ne sait pas faire.
Il pense dans un premier temps n'agir que dans un seul appartement, en tronçonnant la colonne et voir ainsi si plus bas, au niveau du sol, elle serait brisée ou non.
Si elle n'est pas brisée, il maintient son intervention dans un seul appartement.
Si elle est brisée, il faut alors casser un peu de sol pour insérer une nouvelle section de colonne qui concernera aussi l'appartement du dessous.

Ni pour l'un ni pour l'autre l'idée du PVC à la place de la fonte.
Ni pour l'un ni pour l'autre l'idée de commencer par la fonte en toiture toute proche de façon à ne plus réintervenir avant plusieurs décennies sur le haut de cette colonne.


Et encore des décennies de fonte à Bellevue remplacée au prix fort, portion par portion...

.

mardi 17 janvier 2017

Notre conseil syndical a bien du mal à communiquer.

Notre conseil syndical fait du silence radio son mode de gouvernance : rien de nouveau - c'est le désordre installé de longue date à Bellevue qu'il entretient.


lundi 16 janvier 2017

La fuite de fonte, ça n'avance pas !

Pas plus que la bonne fermeture du regard d'égout ou la remise en état totale des chaussées.

Pour les chaussées, gare au gel !

Ne doutons pas, ou doutons que les mesures préventives aient bien été prises, sinon gare aux chutes et aux os brisés !

samedi 14 janvier 2017

2017-01-13 : des résidants vont regarder les comptes du syndicat chez le syndic.

Belle affaire de regarder les comptes 2016, entre des copropriétaires élus au conseil syndical et d'autres, chez le syndic.
La tendance sur la qualité de la tenue des comptes est inconnue.

Par la passé, la tenue n'était pas formidable : factures manquantes, erreurs de TVA, problèmes d'imputation sur l'exercice concerné.

Une situation d'autant plus sensible que les charges ont nettement progressé ces dernières années sans ne l'on observe un effet patrimonial : la résidence se détériore, lot des résidences qui atteignent la soixante d'années, mal préservées de longue date, défigurée par un bunker...

Et cette avance de trésorerie 'flottante', qui a tout l'air de masquer les carences du syndic dans ses missions fondamentales...

Les résidants votent, et d'autre s'en vont.

Quelle galère !

.