vendredi 18 décembre 2015

vendredi 27 novembre 2015

Plaintes : utiliser les voies de droit.

Si une plainte existe, il n'est pas question de se laisser intimider.

Une seule solution : utiliser les voies de droit.

jeudi 19 novembre 2015

Carreau cassé ?

Cela se peint quand même !!!

mardi 17 novembre 2015

Méthode Émile Coué de la Châtaigneraie

Chaque jour, je vois de mieux en mieux...

ce que l'on va devoir subir pendant 15 ans...

sauf à fuir, diront les plus couards.

Quel désordre !

2015-11-17 : ponçage très superficiel, trous non rebouchés, peinture baveuse...

Le devis est tenu.

Le syndicat des copropriétaires en a pour son argent... insuffisant.

vendredi 13 novembre 2015

vendredi 6 novembre 2015

Bleu grisâtre : c'est bien le bleu prévu dans le choix étriqué du conseil syndical...

...un bleu grisâtre, qui a coups sûr ne va pas égailler l'immeuble.

De plus, ce bleu, visible de l'extérieur, ne fait aucune liaison colorée entre cet extérieur (beige, crème) et l'intérieur.

Il ne fait pas plus de lien avec les portes individuelles des appartement, couleur bois.

Le conseil syndical, qui a violemment vidé avec des acolytes la buanderie d'objets non abandonnés, ne sait pas associer les couleurs pour leur donner la chaleur nécessaire dont chaque personne a besoin.

Il mélange, sans aucun goût :

- des couleurs chaudes présentes, 
- des couleurs froides rapportées.

Ce mélange crée divers sentiments, dont curieusement celui de l'insécurité.

Selon les peintres, un résidant apprécierai. Mais il apprécierait, seul, quoi ?

Cette couleur pauvre, ou de la peinture fraîche aux murs pour ne plus voir la casse incrustée en 15 années et quelques fissures ?

Quel désastre !

Quel désordre !

mercredi 4 novembre 2015

vendredi 30 octobre 2015

Le salon 2015 de la copropriété à la porte de Versailles, c'est pour bientôt.

C'est pour les mercredi 04 et jeudi 05 novembre 2015.

À préparer.

À ne pas manquer car avec la loi ALUR, la copropriété va devenir un monde difficile fait pour tout type de techniciens d'immeuble et non plus pour défendre les propriétaires de propriétés verticales.

jeudi 29 octobre 2015

2015-10-29 : des lingettes qui bouchent l'égout de la rue - quels dégueulasses !

Des lingettes ménagères qui bouchent l'égout de la rue...

Quels dégueulasses !

Ces lingettes qui servent à tout torcher, et dans certains cas à nettoyer...

Voilà à quoi peuvent servir nos impôts locaux : à déboucher l’égout de la rue ce jeudi 29 octobre 2015 à 21h00 des linguettes de nettoyage jetées par des dégueulasses dans les toilettes plutôt que les mettre à la poubelle ménagère...

mercredi 28 octobre 2015

2015-10-28-: stationner sur l'ex-aire de jeux pour enfants (gravillonnée) pour enfants sans gène.

2015-10-28-: stationner sur l'ex-aire de jeu (gravillonnée) pour enfants sans gène.

Cette ex-aire de jeux située à l'EST de l'immeuble est matérialisée par la présence de troènes, dont certains sont morts depuis plusieurs années et qui finissent par être rongés et vont disparaitre 'naturellement'..

Nous pouvons de nouveau observer ce mercredi 28 octobre 2015 le stationnement d'un véhicule.
Une camionnette (professionnelle et signalée) semble être là pour toute la journée.

Ce n'est pas la première fois qu'un véhicule stationne à cet endroit, et ce ne sera pas la dernière, semble-t-il.
Ont déjà été vu sur cette aire des camions de déménagement, des voitures particulières, des motocyclettes, etc.

Depuis plusieurs années et le vol de deux bancs de jardin, qui a suivi le démantèlement des jeux à la suite des désidératas d'un copropriétaire (qui a ensuite vendu rapidement son lot : lui non plus n'a pas profité de ses propres turpitudes, en plus d'avoir imposé une journée bénévole qui coûte 40.000 euros - il y a certainement bien mieux en terme de bénévolat), l'aire gravillonnée sert fréquemment de PARKING, et prolonge ainsi le parking EST.

Devant cette réalité, cela fait plusieurs années que ce cybercarnet suggère la suppression pure et simple de cet espace gravillonné pour y créer des places supplémentaires de stationnement de véhicules terrestres à moteur.
Cette proposition ne vise pas à encourager les véhicules ventouses ni le stationnement fréquent de véhicules professionnels 3 tonnes (qui aurait tendance à se réduire ces derniers mois), mais compte tenu du maintien de l'ouverture de la route (pour permettre de gaspiller les fonds : pas loin de 80.000 euros actuellement, pour construire le bunker qui défigure l'immeuble), à permettre aux résidants qui rentrent tard de pouvoir trouver de la place pour stationner sur leur propriété, notre copropriété.

Comme la voie n'est pas fermée à la circulation automobile, nos voisins ne se gênent pas pour en profiter sans compter participer à la réfection de la voirie défoncée et dangereuse où une énorme nid de poule est actuellement présent.

Vive le désordre et le stationnement anarchique n'importe où, y compris à plusieurs reprises récemment sur les pelouses.

Quel désastre dans la copropriété ! Quel désordre !
.

mardi 27 octobre 2015

2015-10-27 : où les ouvriers font-ils leurs besoins naturels ? Le droit du travail impose des sanitaires, mais des sanitaires, cela se paye.

L'installation d'un cantonnement de chantier répond à la réglementation du travail.

Constitue une prestation irrégulière le défaut d'installation d'un tel cantonnement par l'entreprise prestataire.

Le syndic des copropriétaires ne peut pas adhérer, même avec les béni-oui-oui, à une minoration de prix au détriment des salariés qui subissent ces conditions de travail indignes en France. 

Le syndicat des copropriétaires n'a pas vocation à encourager la présence d'ouvriers dont la présence impose l'installation d'un cantonnement.

Le syndic est informé de cette irrégularité qui vicie le chantier.

Un water-closet chimique coûte environ 800 € TTC pour une location pour une période considérée minimum.
Doit être ajouté le montant de son arrivée par un camion équipé d'une flèche puis son retrait, autant de manutentions qui ne sont pas gratuites.

Quel désordre ! Quelle honte et ignominie le SDC, via son syndic, et cette entreprise prestataire d'un autre temps fait subir à ces travailleurs.

Que ceux qui ont voté pour cette honte absolue lèvent le doigt (le procès-verbal les a enregistré et en garde la mémoire, y compris de ceux qui par leur absence ont approuvé ce chantier de la honte !).
.

dimanche 25 octobre 2015

AGO 2015 : le syndic voulait un contrat de trois (3) années pour éviter le contrat type 2016 obligatoire.

Pour l'AGO 2015 (tenue le 14 avril 2015) : le syndic voulait un contrat de trois (3) années.

Il a perçu que l'assistance, peu nombreuse, n'était pas emballée par cette idée, voire réticente.

Un syndic qui tente ainsi de s'imposer en maître dans une copropriété, ce ne serait pas la première fois.

Pourtant, il y a eu bien d'autres premières fois lors de cette AGO avec des no limit nombreux, et du coup dont les effets se calculent et se payent chaque trimestre sans constater aucune amélioration du service.

Le service s'est dégradé avec la pose des poussoirs bruyants et invisibles (à la place des anciens boutons poussoirs de cages d'escalier non bruyants et très visibles lorsque la petite ampoule était encore en état de marche, ce qui était le cas de tous les boutons poussoir de l'entrée C).

Tout aussi dégradé avec des goulottes électriques qui vont jusqu'au sol et poseront immanquablement des problèmes lors de la réfection des sols, en plus de leur arrachement...

Avec 20 % d'endettement et une fuite en avant sur le dos des copropriétaires qui payent leurs charges en temps et heure, ce n'est pas rien !

En voulant faire passer le contrat à trois années, le syndic ne pouvait ignorer l'imminence du décret du 26 mars 2015, juste six (6) jours après la date de sa convocation.

À six (6) jours près, nous aurions pu bénéficier du nouveau décret en avance de phase.

Que prévoit ce nouveau décret applicable à partir du 1er juillet 2015 ?


Qu'est-ce qu'un contrat type ?

C'est un contrat dont les dispositions sont présentes, et en cas de refus de les mettre en œuvre, elles sont simplement rayées mais toujours imprimées.

Si des mentions sont absentes (et non pas simplement rayées), le contrat perd son caractère de contrat type ce qui le rend nul et de nul effet.

D'ordre public, sa non utilisation et sa non application par un syndic indélicat entrainera ipso facto une mesure très simple : l'impossibilité de recouvrer valablement les charges de copropriété en plus de rendre l'élection du syndic nulle, tout cela soumis bien naturellement au contrôle du juge dans un État démocratique.

Bonnes vérifications, prise de connaissances et lecture.

Personne ne sait trop actuellement si ce contrat type recèle ou non des nids de contentieux, mais beaucoup de monde sait que les syndics les moins professionnels refusent de s'y plier.

Red Lex...


mercredi 21 octobre 2015

Le BIC, cet acronyme a-t-il une signification pour les copropriétaires ?

Il devrait en avoir une car il va être obligatoire à réaliser, va avoir un coût, tout comme ces travaux à financer dans la décennie en cours avec des couperets qui inciteront certainement des copropriétaires à quitter de façon anticipée leur lot.

Il faut se rendre à la raison :

les travaux vont être obligatoire et non pas seulement incitatifs.

Le parc social est nettement mieux entretenu que les résidences privées.

Il n'y aura aucun plus-value à envisager à la suite de ces coûteux travaux qu'il est nécessaire de financer, c'est tout.

Dans Paris et la proche banlieue, compte tenu de la tension en matière de logements, aucune plus-value n'est envisageable en raison de la vente d'un lot. De plus, comme les futurs acquéreurs le savent, ils ne vont pas être légion à vouloir investir dans une copropriété avec 20 % de dettes, des travaux retardés de longue date, un bunker, des voiries bientôt hors d'usage et actuellement un énorme nid de poule, l'absence d'isolation, une chaufferie avec un système de chauffage au fioul qui devient vétuste (installé en 1989)...

Nous ne remercions pas ceux qui se livrent à la détérioration de l'immeuble pour entretenir leur copinage qui entre en conflit avec l'intérêt de la copropriété.

lundi 19 octobre 2015

AG du 14/04/2015 : trésorerie gonflée = danger.

Sans excès aucun, il est nécessaire que les copropriétaires du syndicat qui ont voté "pour" ou celles qui ont voté "pour" par leur simple absence à l'assemblée générale du 14 avril 2015 s'interrogent sur cette volonté de gonfler de façon illimitée la trésorerie du syndicat des copropriétaires.

Vous trouverez des informations propres à nourrir la réflexion ici, et notamment en lisant l'extrait suivant :
"Rappelons aussi que l’absence de compte bancaire séparé entraîne différents risques pour la copropriété. Le syndic est notamment incité à « gonfler » au maximum la trésorerie pour augmenter les fonds détenus sur son compte global, et dans certains cas extrêmes, il peut même « partir avec la caisse » sans que la copropriété n’ait ensuite aucun recours." 
 
 
.



jeudi 15 octobre 2015

Très beau salon indépendant : des professionnels de la profession pas très à l'aise, des entreprises qui veulent se placer.

Un salon qui procure beaucoup d'informations sur les bonnes choses à mettre en œuvre, et avec comme corolaire les exécrables pratiques de certains syndics.

Une certitude : la copropriété va être contrainte à de lourds travaux, qu'elle le veuille ou non. L'échéance maximum est à une décennie à compter de cette année.

Selon les actions, c'est de ingénierie financière à mettre en place avec des prêts pouvant aller jusqu'à 50.000 euros par lot d'habitation (collectif plus individuels), cette somme pouvant ne pas couvrir le besoin véritable qui pourrait être décuplé avec un mécanisme d'amortissement et de retour sur investissement qui réduirait l'augmentation des charges.

À cela s'ajoute la question des copropriétaires débiteurs qui contraindra la copropriété à assainir, si cela n'est pas déjà fait par un syndic diligent, les situations des copropriétaires débiteurs plutôt que de "soigner" sa clientèle au détriment des autres.

La fuite en avant des syndics consistant à faire augmenter par tous moyens le budget pour s'épargner de réaliser leur travail (de faire rentrer l'argent dans le compte bancaire du syndicat) est analysé et rentre en ligne de compte pour l'accord de prêts :

actuellement notre copropriété est endettée de plus de 20 % de son budget, ce qui ouvre la possibilité à chaque copropriétaire, hors le besoin de le faire valider par une assemblée générale, d'engager directement auprès du tribunal compétent une procédure de sauvegarde qui permettra de définir la responsabilité du syndic dans le non recouvrement des charges.

Chaque copropriétaire peut engager cette procédure dès aujourd'hui contre le syndicat des copropriétaires représenté par son représentant légal, son syndic, comme le précise l'article 15 de la Loi n°65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis.

Il peut le faire seul. Il en découlera rapidement la désignation d'un administrateur judiciaire (qui n'est pas nécessairement une source d'amélioration de la situation à court terme), sans que le syndic élu n'ait son mot à dire. Il devra défendre son travail s'il en fait un et sa responsabilité est couverte par son assurance professionnelle, encore faut-il l'actionner.

Cher désordre !


lundi 12 octobre 2015

Le salon indépendant de la copropriété se tiendra les mercredi 14 et jeudi 15 octobre 2015.

Il est facile de le trouver dans n'importe quel moteur de recherche sur internet, et à défaut, dans certains magasines.
Et sinon ici.

samedi 10 octobre 2015

Les deux méthodes pour déposer une plainte pénale sont accessibles.

Les sites internet officiels exposent comment déposer une plainte pénale, et à défaut, le commissariat de police est accessible.

Par exemple, concernant internet, vous pouvez suivre ce lien pour connaître les principes et leur mise en œuvre concrète.

...

EXTRAIT :

"

Procédure

Auprès d'un service de police ou de gendarmerie

Vous pouvez vous adresser à un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie.
La réception de la plainte ne peut pas vous être refusée.
La plainte est ensuite transmise au procureur de la République.
  À savoir :
pour les atteintes aux biens dont l'auteur est inconnu, vous pouvez faire une pré-plainte en ligne sur internet, avant de vous rendre au commissariat ou à la brigade.

Auprès du procureur de la République

Vous pouvez également vous adresser directement au procureur de la République. Il faut envoyer une lettre sur papier libre au tribunal de grande instance du lieu de l'infraction ou du domicile de l'auteur de l'infraction.
La lettre doit préciser :
  • l'état civil complet du plaignant,
  • le récit détaillé des faits, la date et le lieu de l'infraction,
  • le nom de l'auteur présumé s'il est connu du plaignant (à défaut, il convient de déposer plainte contre X),
  • les noms et adresses des éventuels témoins de cette infraction,
  • la description et l'estimation provisoire ou définitive du préjudice,
  • les documents de preuve à disposition : certificats médicaux constatant les blessures, arrêts de travail, factures diverses, constats en cas de dégâts matériels.
"
================================================

Fin de l'extrait.


C'est du temps à y consacrer.

vendredi 2 octobre 2015

AGENDA : les 4 et 5 novembre 2015, le salon de la copropriété à la porte de Versailles.

Salon "officiel" qui permet d'obtenir des informations sur les bonnes et les mauvaises pratiques des syndics, des conseils syndicaux, des copropriétaires, des locataires, au sein des copropriétés.

jeudi 1 octobre 2015

2015-10-01 : le chauffage collectif subit les effets d'une erreur de manipulation d'un copropriétaire...

Quelquefois, il serait mieux d'être sourd.

Particulièrement lorsque la gestionnaire de l'immeuble indique par téléphone que les problèmes de chauffage depuis 2 jours (et moins d'une semaine après l'allumage du chauffage collectif), seraient dû à l'erreur d'un copropriétaire qui aurait ouvert une vanne...
Le Conseil syndical se serait déjà manifesté auprès du syndic pour que le chauffagiste intervienne (rapidement), mène ses investigations, et remettre la pression dans les canalisations.

Mais l’impensable, c'est que que raconte la gestionnaire : "un copropriétaire a ouvert une vanne..."
Et la version du Conseil syndical est bien différente...

Qui nous ment ?

Quel est ce copropriétaire qui dispose dans son appartement de vannes qu'il peut librement ouvrir ?

Quel est ce copropriétaire qui vide l'eau du circuit de chauffage selon ses caprices, et au détriment de la collectivité ?

Quel copropriétaire a besoin de l'eau du circuit de chauffage (eau polluée et non potable) alors qu'il dispose de l'eau de son circuit d'eau potable ?

Le propos de la gestionnaire est très mystérieux.

Ce propos est par ailleurs inacceptable.

Et semble-t-il, nos deux éminents membres du conseil syndical sont informés.

C'est encore la manifestation du désordre qui règne en maître autoritaire dans notre copropriété.

Par ailleurs, ce 1er octobre 2015 au petit matin, l'entreprise de chauffage n'est toujours pas intervenue et la situation de chauffage inexistant ou chaotique persiste.
Lorsqu'elle remettra de l'eau fraîche dans le circuit de chauffage, cette eau "neuve" sera chargée d'ions qui provoquent la corrosion de nos radiateurs.

À chaque chargement d'eau dans le circuit de chauffage, la corrosion des radiateurs augmente, entraînant le cercle vicieux de remplacement permanent de radiateurs fuyards.

Quand le désordre règne, il est difficile à chasser.


Mise à jour à 10h00 :

Le technicien étant prêt à démarrer, lui parler a permis de rectifier son passage.
Alors que la chaufferie avait été allumée avec 3 bars de pression d'eau, le technicien de ce 1er octobre n'a remis que 2,5 bars, sans s'intéresser aux pages précédentes du carnet d'entretien de la chaufferie.

Il a convenu que la pression était faible et a ajouté le demi bar manquant, non sans vérifier, photographies (inutiles) à l'appui que le manomètre ne baissait pas rapidement (ce qui aurait indiqué une fuite persistante).

Quant à son enquête, selon la gestionnaire de copropriété, sur les motifs de la vidange sauvage d'un copropriétaire, le technicien n'a rien "enquêtée du tout et est reparti comme il était venu, à ceci près que la pression d'eau était de 3 bars.

Pour ceux qui sont à l'extrémité SUD de l'immeuble, tout le monde sait de longue date que cette pression est insuffisante, et qu'en réalité, elle devrait être de 4 bars, ce qui a toujours été le cas avant la présence de ce chauffagiste qui ne fait pas toujours son travail dans la continuité de son prédécesseur.


mardi 29 septembre 2015

2015-09-28 : notre réseau de chauffage collectif hoquette... nuitamment.

Ce lundi 28 septembre 2015, après 23 heures, des radiateurs se sont mis à hoqueter :
la raison la plus probable réside dans une fuite d'eau chez un copropriétaire qui concerne la colonne EST du n° 12 (cuisines).

Le reste du réseau semble tenir, mais probablement avec une baisse de pression généralisée.

Pour la colonne EST du n° 12 - cuisines, il n'y a plus un goutte d'eau dans cette partie du circuit, qui certainement a été isolée (vannes du sous-sol fermées) du reste de notre distribution de chauffage collectif.

lundi 28 septembre 2015

Le ménage est insuffisant dans les parties communes : l'entreprise de ménage ne fait que tenir de beaux discours.

Les discours du gérant visent à noyer le poisson et non pas à réaliser une prestation de meilleure qualité.

Lors de  l'AGO du 14/04/2015, le syndic s'est contenté d'informations verbales sur la nécessite de remplacer l'entreprise d'entretien ménager par une autre.

À ce jours, 6 mois plus tard, le syndic (pour tous y compris ceux qui par leur silence ou leur absence ont contribué à son élection) n'a toujours pas démontré la réalité de ses propos.

Mais au contact direct du gérant de l'entreprise de nettoyage ce dimanche 27 septembre 2015, il apparaît que ce dernier ne cesse de tenir un discours trompeur et montre son incapacité à réaliser sa prestation contractuelle.

Il ne compte pas faire mieux !

C'est uniquement dans de telles conditions que son remplacement peut maintenant être véritablement envisagé après un débat valable, circonstanciée et rapporté dans le procès-verbal lors de notre prochaine assemblée générale visant à approuver les comptes 2015 (qui se tiendra en 2016).

Il faudra donc encore attendre quelques mois avant le départ de cette société qui ne compte pas honorer pleinement son contrat.

vendredi 25 septembre 2015

Étonnant : des appartements glacials et pas la moindre action positive de ces gens.

L'anormalité de l'immeuble est intacte.

Nous devons subir encore et encore leurs actions négatives...

jeudi 24 septembre 2015

Du chauffage, bon sang !

Ces gens sont au-dessus des autres selon eux, ou minables ?

mercredi 23 septembre 2015

Ils nous prennent pour des ânes : on gèle toujours à Bellevue ce mercredi 22 septembre 2015

On gèle dans l'immeuble.

9,5 ° Celsius au lever, c'est bien inférieur aux 13 degrés qui sont nécessaires pour obtenir un chauffage minimal dans l'immeuble.

Mais comme ils nous méprisent, ils nous contraignent à geler dans nos appartements.


mardi 22 septembre 2015

On gèle à Bellevue.

Eh, oui, cette incapacité à rendre la résidence viable !

lundi 21 septembre 2015

Cher désordre, qui persiste, ce qui va de choix.

Ce syndicat n'offrira rien d'autre aux copropriétaires partants.

Faire geler les gens dans les appartements et faire régner le désordre.

samedi 19 septembre 2015

2015-09-19 : on gèle. Rien d'anormal dans la résidence du désordre...

La météorologie nationale avec ses aléas de prévision tend à être de plus en plus fiable.

Ceux qui ne le sont pas, ce sont ceux qui nous imposent de vivre dans notre immeuble dans le désordre et d'en créer en permanence d'autres.

Il n'y a pas que la rue pourrie, les poubelles dégueulasses, il a aussi le fait de geler dans son appartement parce qu'une minorité impose son désordre à la majorité.

La continuité d'une telle situation dure des années...

Nous le subissons encore.

Jusqu'à quand allons-nous geler ?

jeudi 17 septembre 2015

mardi 2 juin 2015

Mise à jour des panneaux d'affichages syndicaux : le nouveau conseil syndical s'affiche.

Le nouveau conseil syndical s'affiche ce 1er juin 2015.

Élu depuis 6 semaines, il se fait connaître auprès de tous les passants des halls de la copropriété.

Son rôle est extrêmement limité.

Contrairement à l'ex, encourageons-le à plus de transparence dans ses affichages, à nous proposer un "bilan" qui ressemble à quelque chose et non pas un simple papier mensonger et dissimulateur des actions engagées contre l'assentiment du plus grand nombre, et de façon trop fréquente à nos dépends.

 


lundi 1 juin 2015

Tonte du 1er juin 2015 : un véritable rafraîchissement.

Tonte du lundi 1er juin 2015 : un véritable rafraîchissement.

Dommage, 3 jours après la fête des voisins 2015.

L'entreprise d'entretien des espaces verts a réalisé ce lundi 1er juin 2015 un bon travail de tonte, à tous points de vue.

Toutefois, en l'absence de directives plus conséquentes, elle n'a pas réalisé de prestations complémentaires payante, comme engazonner un peu plus les terres.

Il y a beaucoup de terre à l'air libre, quasi stérile.

Un travail complémentaire à la prestation de base permettrait d'en réduire l'importance, tout comme changer les troènes qui montrent d'incontestables signes de vieillesse.

C'est un travail important, un travail qui ne figure pas dans le contrat de base.

Il faut dépenser un peu pour un peu plus d'agréments pour ce qui peut l'être et n'est pas totalement défiguré par des travaux inconséquents conduisant à mutiler l'immeuble par l'édification d'un "bunker passoire".

dimanche 31 mai 2015

La voiture ventouse du SUD a disparu.

Beaucoup de temps pour enlever cette voiture épave Opel dont personne ne regrettera la disparition.

La rue est ouverte, par choix dogmatique entre un "bunker passoire" ou la fermeture de la copropriété par ce que l'on appelle avec pudeur une "résidentialisation", qui n'est autre qu'une "bunkérisation périmétrique".

Un choix qui coûte.

Est-ce la fin des voitures ventouse ?

Non, il y en a une autre...

jeudi 28 mai 2015

Intervention des pompiers à Bellevue : aucun problème de stationnement.

Contrairement à ce que laissaient entendre des petits papillons anonymes et malveillants visant à dissuader les visiteurs ou copropriétaires de stationner leurs véhicules où ils le souhaitent, les pompiers stationnent comme ils veulent et procèdent à leur intervention.

N'est-ce pas la personne secourue qui compte ?

lundi 25 mai 2015

En ce Lundi de Pentecôte 2015, il est temps de préparer la Fête des voisins 2015 (29 mai au soir)...

La Fête des voisins de ce vendredi 29 mai 2015 au soir n'est nullement annoncée par notre conseil syndical.

En effet, le conseil syndical n'en a pas la primeur ni la mainmise.

Les voisins(es) qui se contactent peuvent favoriser telle ou telle organisation pour un moment de partage non ou alcoolisé, et dans le deuxième cas en retrouvant son appartement sans trajet routier.

Il n'y a pas si longtemps, la copropriété disposait d'un lieu pour une installation commune : l'ex patio, actuellement devenu le 'bunker passoire' de l'immeuble.

Ou encore l'espace de détente ouvert aux cieux, où deux bancs de jardins ont été volés il y a moins de trois ans, et où les deux qui restent sont délabrés.

Néanmoins, il reste les pelouses, qui n'ont pas été refaites depuis plus de vingt ans et tiennent seulement par l'herbage naturel qui s'y est développé.

Ce qui donnera dans le premier cas (bunker passoire) la vue sur les pansements, la colonne d'eaux usées à nu (ce qui fait de la couleur dans les deux cas), le coin 'pissotière' juste avant l'accès nouveau au local moto, coin qui devait soi-disant disparaître avec le bunker, mais qui est toujours là et utilisé de plus belle, et dans le deuxième cas les espaces verts bariolés de plantations hétérogènes avec des périodes de croissance très différentes, de arbustes mal entretenus en leur temps et aujourd'hui mal en point (dont curieusement au moins un devis de remplacement ne nous a pas été proposé lors de l'assemblée générale 2015), de la terre à nu, un immeuble aux fenêtres multiples sans plus aucune esthétique générale, des murs sales avec un ravalement ancien de 1999 (soit âgé de vingt-six années) et sans aucune isolation thermique sur ses façades EST, SUD et OUEST.

Les vues sont réjouissantes et incitent à la joie et aux débats sans fin pour refaire "Bellevue", et bien plus certainement pour parler de choses plus joyeuses.

Les enfants ne pourront pas jouer sous l'ex patio, et même enfermés ils risquent de s'échapper par une porte passoire.

Lorsque le nuit sera venue, l'éclairage, qu'il faudra forcer (monter de 3ème contacteur dans le tableau électrique situé au-dessus de la porte métallique de sortie des caves), du 'bunker passoire', éteindra nécessairement les casquettes de l'immeuble (autrement appelées 'calottes'), rendant les halls d'accès aux habitations peu visibles, mais illuminant le 'bunker passoire' et ses scintillants pansements et autre colonne d'eaux usées. 70.000 euros pour le 'bunker passoire', et l'immeuble défiguré en plus...

Pas de crainte d'oublier sa clef du bunker car il y a de nombreux mois (voire dans les six premiers mois de la mise en service) que la serrure de la porte SUD ne fonctionne plus, et donne directement accès à des détritus au sol, à une chaussée délabrée, à une voiture-ventouse, etc., autant de sujets de discussion sans aucun intérêt lors d'un soirée festive.

Les véritables sujets de discussions festifs et fédérateurs, personne ne les connait pas !
Pas un affichage n'est réalisé actuellement en ce sens.

Ne nous décourageons pas pour la préparation d'une fastueuse Fête des voisins 2015, dont tout a chacun peut faire son propre affichage où il le souhaite, à défaut d'avoir accès aux panneaux d'affichages syndicaux sans aucune information impérieuse, et notamment un prétendu 'bilan' de premier trimestre 2015 dans lequel personne ne peut lire le moindre mot sur les manœuvres organisées par l'ex conseil syndical pour virer manu militari la société de nettoyage, ne pas proposer à l'assemblée générale des devis qui existaient et ce faisant tromper les votants, etc.

Que la liesse préside à l'organisation de la Fête des voisins 2015 dans le prolongement des multiples jours fériés de ce mois de mai.

Quand le désordre est installé, il est difficile et très ambitieux de vouloir rétablir une situation normale, qui fort heureusement existe dans de nombreuses copropriétés.

Vive la fête !

vendredi 22 mai 2015

On gèle et le conseil syndical ne fait rien pour que cela change : il y a moins de 13 degrés le matin....

Moins de 13 degrés Celsius le matin, cela impose de maintenir le chauffage collectif.
Le conseil syndical (ex ou nouveau - dont la mise à jour n'est pas faite dans les panneaux d'affichages syndicaux) ne renie pas ses erreurs et maintien nos appartements comme des frigos.

Vive le chauffage collectif individuel.

Appelez le syndic et les éminents membres du conseil syndical (un ancien et un nouveau) afin de faire rétablir temporairement le chauffage collectif, jusqu'à ce que les températures annoncées le matin atteignent treize degrés Celsius.

Le conseil syndical ne communique pas sur son inaction !!!

mercredi 20 mai 2015

On doit geler pour quelques jours enccore ???

Il ne fait pas chaud.

Moins de 13 degrés Celsius dehors le matin et il faut encore maintenir le chauffage collectif.

À défaut de conditions climatiques extérieures, le conseil syndical (composé de deux éminents copropriétaires) ne peut-il exiger du syndic un ré-allumage temporaire de la chaufferie ?

Le conseil syndical compte-t-il communiquer sur cette action ?

lundi 18 mai 2015

Arrêt désordonné du chauffage collectif : arrêt alors que le froid est encore là.

Le désordre, cela dure.

Ce n'est pas la chaleur qui l'inspire, mais la pure absence d'analyse et d'écoute.

Le conseil syndical a-t-il écouté la météorologie nationale avant de nous couper prématurément le chauffage collectif.

La météorologie annonce que nous allons geler jusqu'à la fin du mois de mai 2015, soit pour une douzaine de jours encore.

Le conseil syndical nous a-t-il annoncé les motifs de sa demande d'arrêt prématuré du chauffage collectif ?

dimanche 17 mai 2015

Le frais après les saints de glace : il ne fait pas chaud dans les appartements.

Nous ne sommes pas encore aux 13 degrés Celsius au levé du soleil.

En fin de saison de chauffage collectif, c'est cette température minimale de 13 degrés Celsius qui doit déclencher l'arrêt.

Or, après des saints de glace 2015 exceptionnellement chauds, il a été annoncé dans le même temps un rafraîchissement postérieur.

L'annonce n'était pas idiote puisque nous l'observons ce dimanche 17 mai 2015.

Ce n'est à 10 heures que la température extérieure atteint enfin les 13 degrés Celsius.

Autant dire que pour que les appartements trouvent un niveau de température qui ne dégrade ni les corps ni les intérieurs, il va encore falloir attendre un hypothétique réchauffement dans le journée.

Quelqu'un a-t-il vu écrit quelque part, à l'attention de tous les copropriétaires, tous les locataires et tous les visiteurs, que le chauffage collectif avait été arrêté à telle date et selon quel principe ?

La réponse est "non".

Les panneaux d'affichage syndicaux continuent à déverser leur prétendu "bilan" où tout n'est que dissimulation.

On ne sait rien, et pour le coup, c'est sûr, ils nous cachent tout...

Grands temps de la dissimulation dans une ère soi-disant d’informations.

samedi 16 mai 2015

Pas de mouvement pour les véhicule ventouse.

Ce syndic n'est avant toute chose qu'un beau parleur.

lundi 11 mai 2015

Pour féter quoi ?

Fêter les chaussées délabrées, le "bunker passoire", les épaves, les pansements, les troènes en fin de vie, ...
Les bancs de jardins volés, les deux encore présents délabrés, ...

Fête-t-on tout ce qui visiblement délabre la copropriété ?

Après l'installation du désordre pour des années encore, n'y a-t-il aucune pensée positive pour l'immeuble ?

Si la source du désordre s'est tue, ses effets vont marquer l'immeuble pour des années, visiblement et au détriment des investissement utiles qu'il va pourtant falloir faire.

Le mot "copropriété" ne signifie pas : "pas d'entretien", "pas d'investissement", ...

Alors, préparons la fête, ailleurs peut-être...

samedi 9 mai 2015

"Immeuble en fête, fête des voisins" approche : ce sera le vendredi 29 ai 2015.

"Immeuble en fête, fête des voisins" approche : ce sera le vendredi 29 ai 2015.

jeudi 7 mai 2015

Le 07 mai 2015 : encore une consultation passionnée ce jeudi !!!


Ce n'est pas le premier jeudi du genre, mais toujours la même consultation.

Qui est ce visiteur passionné le jeudi ?
(Nous savons tous ce qu'est la passion, sinon, voir la définition dans un dictionnaire).

2015-05-07 : bientôt les saints de glace...

... et avec leur fête, l'arrêt de la saison de chauffage collectif 2014-2015.

Procès-verbal mal rédigé : des vices... et des surprises.

La simple observation du procès-verbal de l'assemblée générale ordinaire du 14 avril 2015 expédié en lettre recommandé avec accusé de réception par affranchissement du lundi 04 mai 2015, et présentation du 05 mai 2015 (c'est cette dernière date qui débute le décompte du délai de contestation de 2 mois calendaire) montre un certain nombre de vices.

La simple observation de la première et de la dernière page en montrent deux majeurs :

1. le procès-verbal ne comporte pas la liste des copropriétaires présents et représentés, ni des copropriétaires absents. Ces listes sont OBLIGATOIRES.
2. le procès-verbal communiqué n'est pas signé, et pour cause puisqu'il a été dactylographié après l'assemblée générale, et non pas pendant...

Le syndic professionnel, payé pour réaliser le minimum légal de son mandat de PROFESSIONNEL, se dispense de nous proposer un procès-verbal valablement tenu...




Il n'y a rien de bon à en penser, avec au surplus des "petits ajouts" un peu partout de la part du rédacteur du document, concernant des propos jamais débattus...


mercredi 6 mai 2015

Le procès-verbal de l'AGO 2015 du 14 avril 2015 est "boîté" ce mardi 05 mai 2015..

"boîté", affreux barbarisme imitant les anglo-saxons qui cherchent à en dire autant mais de façon plus courte, comme si la langue ne méritait pas un niveau de respect élevé afin de transmettre les connaissances et les améliorer.

Oublions ce "boîté" pour revenir à une expression valable comme présenté à leur destinataire.

Le procès-verbal d'AGO 2015 a donc été présenté aux destinataires (chaque copropriétaire) par une lettre en recommandé avec avis de réception.

Cette présentation a été réalisée le mardi 05 mai 2015. Dans certains cas, les copropriétaires ont pu en obtenir immédiatement la délivrance par la factrice. Dans d'autres cas, ils ont reçu dans leur boîte aux lettres l'"avis de passage du facteur".

Cette remise de lettre ou ce feuillet est important.

Elle(il) matérialise la date à partir de laquelle il est nécessaire de décompter de délais de contestation de 60 jours offerts aux copropriétaires opposants ou absents.
(plus de la moitié des copropriétaires étaient absents lors de la tenue de l'assemblée générale).

Le nombre de personne pouvant potentiellement contester l'assemblée générale est élevé avec plus de 20 copropriétaires.

lundi 4 mai 2015

Entretien ménager : des flaques dans les escaliers ce lundi 04 mai 2015.

L'entreprise d'entretien ménager n'a pas été évincée par l'AGO 2015, faute d'une méthode véritable afin de lui remettre les idées en place sur la réalisation de son contrat.

Ce n'est que partie remise avec l'espoir d'une amélioration visible de sa prestation d'ici à la prochaine AGO, en conformité avec son contrat.

Ledit contrat ne prévoit pas de laisser des flaques d'eau un peu partout sur les marches d'escalier desservant les étages.

C'est pourtant ce que l'on peut constater lors du nettoyage ménager de ce lundi 04 mai 2015 : des retenues d'eau importantes sur le revêtement des marches d'escalier, avec un risque important de glisser.

Monsieur le syndic doit y mettre bon ordre et le faire savoir par un affichage syndical.




dimanche 26 avril 2015

Aménager les halls d'entrée pour stationner les véhicules !

Aucune gène pour le conducteur de ce Modus d'aller stationner sur l'aire de détente gravillonnée.

Si les halls d'entrée de l'immeuble le permettaient, que ne s'y serait-il garé !

Certes, cette fois-ci, ce ne sont pas directement les pelouses comme le fait à plusieurs reprises un autre véhicule nuitamment.

De longue date, il a été suggéré de transformer cette aire de détente gravillonnée qui ne sert pas à grand chose, dont les troènes sont en mauvais état d'entretien (et aucun devis n'a été proposé pour les remplacer) en un véritable parking.

Mais le conseil syndical risque encore de nous vendre (hors budget et en violation d'une résolution de l'assemblée générale ) des gravillons pour remplacer des ... gravillons, selon ses lubies et phantasmes.

Un résident s'applique d'autorité ce stationnement sur l'aire de détente gravillonnée ce samedi matin.

Sans-gène !

Et sans reproche puisque les deux bancs de jardins présents sont dans un état déplorable, tandis que pour les deux qui ont été volés, le syndic n'a pas toujours pas à ce jour (25/04/2015) rendu compte aux copropriétaires de son dépôt de plainte...



.

samedi 25 avril 2015

Encore de la visite sur le toit de Bellevue : certainement pas pour admirer le panorama pollué des environs.

Chaque visite peu précautionneuse donne lieu à une chute d'enduit.

En plus d'aggraver les risques de fuites de la toiture (revêtue de gravillons sur une protection bitumeuse).

Encore une visite ce vendredi 24 avril 2015.

À quoi bon repeindre les escaliers si c'est pour assister à un défilé sur le toit de l'immeuble, avec systématiquement des dégâts sur les enduits et peintures !

La visite panoramique de l'horizon environnant s'effectue par la trappe d'accès unique à la toiture située au fait de l'entrée C de la copropriété.

Pourquoi notre cher conseil syndical si avare lors de ses pseudo-bilan trimestriels n'affiche-t-il pas les raisons de ces visites multiples ?

Quel silence !!!

Réservations pour les visites de la toiture : inutiles, car en raison de visites trop fréquentes, elles sont d'ores et déjà trop nombreuses.

Demandons à la "taupe" de l'immeuble les faciles conditions d'accès !

jeudi 23 avril 2015

Mise en vente expresse, l'AGO 2015 tenue le 14 avril 2015 à peine froide...

Depuis le 23 avril 2015, un appartement est en vente, l'AGO 2015 à peine "froide".

Observons bien le futur procès-verbal d'assemblée générale qui s'est tenue le 14 avril 2015 pour voir si ce copropriétaire vendeur a le moins du monde formulé un vote qui change de la masse, ou si déjà décidé à vendre, il joue les opportunistes à l'encontre de ceux qui vivent dans la copropriété.

Notons que c'est encore un appartement qui bénéficie de près du bunker, et que ce vendeur avait voté "pour" le bunker qui défigure notre copropriété.

Dans les rue, les passants sont effrayés par cette installation.

Beaucoup de copropriétaires, négligeant aussi, puisqu'ils avaient bien voté "pour" en son temps : ces derniers sont servis, ils l'ont leur bunker passoire sans éclairage ...

samedi 18 avril 2015

Efficacité suspendue à un temps futur : les voitures-ventouse bientôt fixées au sol et immeuble par destination....

Notre syndic a annoncé lors de l'assemblée générale ordinaire du 14 avril 2015 se préoccuper et s'occuper de l'enlèvement des véhicules-ventouse siégeant sur nos terres.

Belles paroles.

L'Opel blanche n'a pas bougé d'un millimètre du SUD de notre parcelle.

Paroles, paroles, paroles...

jeudi 16 avril 2015

2015-04-15 : pose nocturne du chauffage collectif.

Après et dans le cadre d'une période de températures élevées exceptionnelles annoncées depuis une semaine, et véritables depuis la fin de la semaine 15, le chauffage collectif est en pose nocturne ce mercredi 14 avril 2015, .

Les saints de glaces ne sont pas encore passés.

Il y a peu de chances que les températures au levé du soleil se maintiennent à plus de 13 degrés Celsius jusqu'aux saints de glace.

13 degrés Celsius minimum au lever du jour, c'est ce qui doit déclencher l'arrêt du chauffage collectif.

Bientôt...

mercredi 15 avril 2015

Notre conseil syndical ne nous a jamais informé d'un nombre aussi élevé de sollicitations d'entreprises ... pour rien.

Notre conseil syndical ne nous a jamais informé d'un nombre aussi élevé de sollicitions d'entreprises ... pour rien.

Aussi curieux que cela paraisse, nous n'avons jamais reçu la moindre information ni du conseil syndical ni du syndic sur leurs sollicitations d’entreprises à tout bout de champ et sans élaboration d'aucun cahier des charges.

Le pitoyable "bilan" trimestriel du feu conseil syndical, aussi lacunaire qu'invalide, n'a jamais rien dit sur ces démarches nombreuses et insensées.

Nous n'avons pas été informé :
- des nouvelles demandes pour le barbouillage des cages,
- de la volonté de virer manu militari l'homme à tout faire (l'entreprise d'entretien ménager),
- de demandes de devis électriques de rénovation dont curieusement aucun ne propose pour sa rénovation d'appliquer les normes en vigueur dont l'obligation de mettre les points lumineux à la terre...

Et tout cela avec la bénédiction du syndic en la personne de M ,déjà là depuis une année et renouvelé pour une année encore, qui va jusqu'à dissimuler l'existence de devis qu'il a reçu à date et heure pour les diffuser avec la convocation comme le veut la Loi.

Ce n''est pas beau d'assister à tout cela !Ce sont des comportements révoltants !

Il faut en faire la plus grande publicité pour les bannir de notre copropriété.

Et que dire de positif pour toutes ces entreprises malmenées !

mardi 14 avril 2015

La crise est finie à Bellevue.

Ouvrons grands nos porte-monnaies puisque l'assemblée générale l'a décidé.

Fini l'AGO du 14 avril 2015 : après quatre bonnes heures de débats, beaucoup de questions au syndic, et peu de réponses...

Un syndic en retard de près d'une demi heure : rien de bon pour montrer des efforts d'une bonne gestion.
Ouverture de l'assemblée générale à 18h55 au lieu des 18h30 mentionnés sur la convocation à l'AGO 2015.

Et beaucoup d'argent à mettre de côté, car il faut payer tout cela.

Ne soyons pas sur l'émotion de l'ouverture généreuse du "panier".

Les résidents impécunieux sont toujours là et ils risquent de mettre à mal rapidement cette idée soudaine qu'il faut débloquer des fonds sans objet.

Quand un copropriétaire expliquait devoir une ardoise de 1.000 euros et refuser de la payer parce que c'était comme cela, le syndic acquiesçait.

C'est quoi un syndic qui ne fait pas son boulot essentiel de recouvrement des charges : relance simple, relance en recommandé, mise à l'huissier...

Ce n'est pas avec 25.000 euros en banque que l'on peut sérieusement envisager la réalisation de travaux. Du coup, c'est l'avance de trésorerie qui est doublée.

Dans l'enfumage pour travail indigent et l'organisation du copinage à grande échelle, on ne saurait mieux faire.

Même en doublant l'avance de trésorerie, les fonds seront insuffisants pour payer tout ce qui a été voté à défaut de recouvrement sérieux des appels de fonds.

Pas un seul conseil du syndic ni aucune information, par exemple sur les DAAF, etc...

Seule information lâchée : il connaît comme par hasard l'entreprise de peintures et la fait régulièrement travailler dans les copropriétés qu'il gère...






.

Local buanderie : un dépotoir ce 14 avril 2015 à 18h00, jour d'AGO, local qui fait honte à une quelconque réunion.

Local buanderie : un dépotoir 30 minutes avant la tenue de l'assemblée générale ordinaire du 14 avril 2015 à partir de 18h30.
Un local qui fait honte à une quelconque réunion, alors qu'il fait honte de façon permanente depuis 3 ou 4 années à son usage véritable : l'étendage du linge par les résidents.

Il avait pourtant été demandé au syndic soit de louer une salle municipale, soit de faire nettoyer le local avant la tenue de l'assemblée géénrale : le résultat est ni l'un ni l'autre.


Jour d'assemblée, jour à ne pas rater.

Réservez votre soirée dès 18h30 ce mardi 14 avril 2015 pour venir à notre assemblée générale ordinaire 2015.

dimanche 12 avril 2015

Profitez de ce beau dimanche 12 avril 2015 pour prendre connaissance de la convocation à l'AGO du 14 avril 2015.

Et comme il faut mieux s'informer, relisez vos convocations et procès-verbaux des 3 dernières années.

Avec ce travail de lecture comparative, vous serez éclairé pour les débats du mardi 14 avril 2015.

Pour ceux qui viennent à l'assemblée générale, qu'ils se souviennent que cette assemblée est une réunion privée où la prise de parole est libre.
Qu'ils ne craignent pas d'être captés...

jeudi 9 avril 2015

L'Opel est toujours là, comme fixée au sol : un immeuble par destination ?

Le véhicule Opel blanc, qui fêtera sa première année de non assurance à la fin du mois d'avril 2015, reste immobile sur l'extrémité de la voirie SUD de la copropriété, ou NORD du début de notre rue avant sa coupure par le RD7.

Cela fait penser au devenir en suspend, de la vente ou non, de la parcelle SUD de notre rue, située dorénavant derrière le mur anti-bruit SUD du RD7

mercredi 8 avril 2015

Entretien ménager hebdomadaire "en panne".

Ce mercredi 08 avril 2015, pas d’entretien ménager, et cela depuis plus d'une semaine passée, le dernier ayant eu lieu le mardi 31 mars 2015.

L’entreprise d'entretien ménager est-elle "en panne" et laisse ainsi nos escaliers couverts des débris de l'ouverture vers la toiture-terrasse ?

Si ce n'était pas aujourd’hui, ce sera peut-être pour demain...

Pas d'entretien ménager ce mardi 07 avril 2015.

Ce mardi 07 avril 2015, l'entretien ménager hebdomadaire n'a pas été réalisé dans la copropriété.

Est-ce déjà la manifestation d'un entretien ménager toutes les quinzaines, par anticipation, sans que l'assemblée générale ne l'a approuvé ?

L’entreprise d'entretien ménager sait-elle que des devis ont été déposés contre elle sans même que le conseil syndical ne lui ait jamais rien reproché ?

L'entreprise a-t-elle mal pris de ne pas avoir été sollicitée dans le cadre d'une remise en concurrence de son contrat ?

S'il s'agit de virer une entreprise, quelles sont ces méthodes pour mettre fin à un contrat de façon abjecte ?

Après le syndic, c'est à l'entreprise d’entretien ménager d'être virée comme une malpropre.

Pour le syndic, nous avons pu assister à la méthode lors de l'assemblée générale du 26 mars 2014 : ce n''est pas beau à entendre, veule, indigne.

Et le procès-verbal de cette assemblée est bien taisant sur de telles méthodes, alors qu'il nous abreuve et nous saoule de propos enregistrés et mensongers.
***

Toujours est-il que le ménage n'a pas été fait ce mardi 07 avril 2015 sans la moindre explication.

Les escaliers ayant reçu de l'enduit à la suite de visites multiples et lourdes sur la toiture-terrasse de l'immeuble s'en souviennent : ils sont toujours sales.

Sale temps pour les entreprises, et sales méthodes.

.















.
















.

mardi 7 avril 2015

Lisez votre convocation et informez-vous.

Lisez votre convocation à l'assemblée générale du 14 avril 2015 et informez-vous avant de choisir.

Les euros n'arrivent pas au hasard, vos choix non plus.

lundi 6 avril 2015

Profitez de cette belle et froide journée du lundi de Pâques 2015 pour lire vos documents.

Lecture attentive de votre convocation pour l'AGO du mardi 14 avril 2015 à 18h30, mais pas que.

Aussi d'anciennes convocations et de précédents procès-verbaux.

Vous serez ainsi prêts pour participer utilement à l'assemblée générale ordinaire du mardi 14 avril 2015 à 18h30.

Bonne lecture.

dimanche 5 avril 2015

Promenade sur le toit de Bellevue le dimanche de Pâques 2015.

Après déjà une promenade le vendredi soir précédent Pâques 2015, c'est le dimanche matin de Pâques 2015 que deux promeneurs vont et viennent à grandes enjambées et à pas lourds sur le toit-terrasse de l'immeuble Bellevue.

Indépendamment de l'objet de ces visites renouvelées, nul n'ignore que des pas lourds sur une toiture-terrasse recouverte d'un revêtement goudronné, lui-même revêtu d'un tapis de gravillons, peut rapidement provoquer des percements du revêtement.

Aucun copropriétaire ne peut ensuite s'étonner de voir des factures pour des fuites de toiture, ces fuites n'étant le résultat que de l'indélicatesse des promeneurs en nombre qui n'ont rien à y faire.

Un pas léger est-il réservé aux personnes légères ?

Ce n'est certainement pas l'entreprise pour laquelle le syndicat des copropriétaires paie un contrat de 1.000 euros annuels qui vient faire un entretien le dimanche de Pâques sur nos têtes à l'heure de la messe.

Le vendredi soir, le visiteur indélicat avait laissé l'échelle au milieu du couloir, comme un chien aurait laissé sa merde, dit le dicton populaire.

***
Qui détient la clef du cadenas qui libère l'accès à la toiture-terrasse de l'immeuble ?

Qui donne si facilement cette clef à n'importe qui, pourvu que les copropriétaires paient les dégâts ?

Si les installations de paraboles sont autorisées en toiture, elles ne peuvent être réalisées que par un professionnel avec la garantie du maintien de l'étanchéité de la toiture ou ses composants. Il en va de même pour leur entretien et enfin leur démontage. C'est avec ces contraintes que la possibilité d'installer des paraboles a été autorisée dans les années 90 par une assemblée générale de notre syndicat des copropriétaires.


L'un des deux visiteurs n'est autre qu'un résident du n° 14, qui manifestement dispose de la clef du cadenas et manifestement n'a rien à faire sur le toit.

L'accès sur la toiture-terrasse est d'autant plus limité qu'à défaut d'être en conformité avec les règles concernant la sécurité des personnes, l'assurance de l'immeuble ne couvrira aucun préjudice.

Souhaitons que ces gens qui n'ont rien à faire là ne chutent pas, car dans le cas contraire, nous en serions tous responsables à titre individuel, étant tous les gardiens de l'immeuble.

Souhaitons enfin qu'ils n'y retournent plus.

À ce jour, l'autorisation d'accès à la toiture-terrasse de notre immeuble n'est possible que pour deux catégories de personnes à nos risques et périls :
- l'entreprise ayant un contrat de contrôle de l'état d'étanchéité de la toiture-terrasse,
- les installateurs, réparateurs et désinstallateurs de paraboles privatives, et assimilé concernant les antennes râteau collectives de réception de télévision par voie hertzienne.

Pour conclure, venez observer l'état de l'escalier après leur passage : en raison de chute d'enduits, l'escalier est jonché de poussière en niveau du 4ème étage de l'entrée C.
Si l'entretien ménager est avancé au lundi, l'escalier ne retrouvera sa propreté que le lundi de Pâques. Sinon, il faudra patienter jusqu'au mardi 07 avril.

.
.

Un très frais week-end prolongé de Pâques : au chaud, profitez de votre temps libre pour lire la convocation à l'AGO du 14 avril 2015.

Au chaud dans votre appartement, profitez de votre temps libre pendant ce très frais week-end prolongé de Pâques 2015 pour lire la convocation à l'AGO du 14 avril 2015.

Et l’interminable procès-verbal 2014.

Remontez au moins jusqu'en 2013 tant pour les convocations que pour les procès-verbaux.

samedi 4 avril 2015

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.

Lisez votre convocation à l'AGO 2015.















mercredi 1 avril 2015

Lisez vos documents.

Si vous les avez déjà lu, relisez !

Convocation en priorité.


Puis procès-verbaux antérieurs et convocations antérieures.

mardi 31 mars 2015

Vive le vent de printemps pour faire voler les détritus au recyclage ce mardi 31 mars 2015.

La parcelle de l'immeuble pour ses parties SUD et EST est transformée en dépotoir.

La sortie des containers à recyclage n'est pas en cause en soi : il est nécessaire de sortir ces containers pour les faire vider.

Rappel - assemblée générale ordinaire du 26 mars 2014, résolution n°4 - procès-verbal page 7 :
"Après débats, l'assemblée générale souhaite garder une société de ménage et de sortie des [containers]".

Inénarrable procès-verbal étalé sur 27 pages, un record de longueur qui vise à dissuader le plus grand nombre de copropriétaires de le lire, en plus rapporter des propos mensongers.

Sans espace de stockage adapté pour les containers, ceux-ci sont mis à l'extérieur à tous vents en attendant leur vidage du lendemain.

Pour rappel, l'année qui a précédé le vote du "bunker passoire", il était proposé d'aménager un espace au SUD de l'immeuble pour stocker avec un maximum de sécurité les containers avant leur vidage, espace au coût très modéré de moins de 1.000 euros.
Cette excellente idée a été écarté au profit du "bunker passoire" pour 60.000 €, et encore quelques milliers d'euros promis par la convocation à l'AGO 2015.
(Un gouffre sans fin pour nos finances au détriments de travaux urgents et utiles).

Le défaut d'un aménagement adéquat de sortie des containers n'est pas seul en cause.

Les résidents ne prennent pas soin de réduire le volume de leurs détritus, non seulement pour réduire le remplissage en volume des containers à recyclage, mais aussi pour éviter qu'ils ne volent à tous vents.

Ce mardi 31 mars 2015, il y a beaucoup de vent.

Les canettes non écrasées, les briques de lait entier non pliées, et autres détritus légers dont certains n'ont rien à faire au recyclage, se retrouvent sur nos pelouses, dans les plantes,  et sur les voiries détériorées EST.

Les pelouses, qui dans un bon état d'entretien devraient être refaites tous les deux ans, ne l'ont pas été depuis plus de ... 20 ans.

Les détritus sont arrêtés par les troènes morts, morts mais toujours plantés sur l'espace de détente, et sans aucune proposition de devis pour l'AGO 2015 pour les remplacer.

C'est comme cela à Bellevue, et certains résidents ont la vue directe sur cette décharge (temporaire) à ciel ouvert et vents soutenus.

lundi 30 mars 2015

Vous avez lu la convocation à l'assemblée générale du 14 avril 2015 : lisez-là de nouveau.

Il n'est jamais mauvais de lire plusieurs fois, bon moyen de commencer à mémoriser ce qui est utile.

Lisez de nouveau la convocation à l'assemblée générale du mardi 14 avril 2015 à 18 heures 30 dans la puante et encombrée buanderie de l'immeuble.

Mal éclairés, mal assis, sans sanitaires, préparez-vous pour une assemblée d'une durée de trois à quatre heures...

... et un peu plus brève si vous lisez la convocation ...


... mais aussi notre règlement de copropriété...





























... mais aussi les procès-verbaux d'assemblée générale depuis 2013, même si vous y lisez des propos mensongers.

Lisez !

dimanche 29 mars 2015

Vous ne savez pas quoi voter : commencez par lire intégralement votre covocation !

La lecture attentive de la convocation ne demande pas plus de 3 heures.

C'est plus long si vous recherchez les informations valables dans les procés-verbaux antérieurs.

Et beaucoup plus plus long si vous cherchez à assimiler ce que vous lisez et cherchez des informations dans les convocations antérieures.

Avec une dizaine heures pour ce travail, vous serez prêts pour débattre utilement et faire valoir vos droits.

Vous avez des droits.

Bonne lecture très attentive.

jeudi 26 mars 2015

Pas un mouvement de l'Opel "ventouse" qui fêtera dans quelques jours son premier anniversaire...

...de défaut d'assurance.

Et ce véhicule ne sera ni le premier ni le dernier à être délaissé par son légitime propriétaire aux frais du syndicat des copropriétaires.

Cette situation est d'autant plus amenée à perdurer que la rue n'est pas fermée alors qu'elle aurait pu (et peut toujours) l'être.

Notre rue accueille aussi les camions 3 tonnes d'un résident qui contribuent au délabrement d'une voirie en piteux état, bien plus urgente à refaire qu'un coup de peinture très partiel et incomplet dans les cages d'escalier.

La copropriété connaît un accroissement inédit des dépenses, même dans le contexte d'une baisse importante (et temporaire) du fioul de chauffage.

Ce qui est clair, c'est que les dépenses du syndicat n'assurent nullement la pérennité du capital : c'est une situation très anormale, et notamment due au plus grand nombre qui en s'abstenant de venir voter ou en donnant leur pouvoir sans distinction, votent pour tout, et pour des dépenses très importantes ne nécessitant qu'une majorité simple. Ils n'ont pas le droit de s'en plaindre, et sont dans l'obligation de payer.

 

dimanche 22 mars 2015

Les voiries délabrées de la copropriété : c'est pour quand leur remise en état ???

Après le choc du "bunker passoire", les voiries passent à l'as pour 2015.

C'est pourtant urgent au vu de leur mauvais état, dont la détérioration est aggravée par un copropriétaire qui parque ses camions 3 tonnes souvent chargés, et indifféremment sur les parkings EST (côté chambres) et OUEST (côté séjour).

Aucune information sur cette situation dans le déplorable papier dénommé "bilan du conseil syndical" dont les copropriétaires et visiteurs doivent subir la vue à chaque passage devant les panneaux d'affichages syndicaux.

Il faudra longuement exposer en quoi consiste un "bilan" digne de ce nom.

Quant aux voiries dans une état de dangerosité incontestable, il faudra attendre...

.
.
.




























... un accident, peut-être ???

vendredi 20 mars 2015

Sans boule de cristal, l'assemblée générale ordinaire (tardive) devrait bientôt être annoncée.

Avec l'ex-syndic, il y avait eu quelques difficultés à l'inviter à tenir l'assemblée générale assez tôt dans la nouvelle année, comme cela se pratique dans de nombreuses copropriétés avoisinantes.
Lorsque l'assemblée est tenue tôt, c'est que la gestion est bonne, que la vision sur les besoins existe et ne sont pas improvisés.

Nous sommes revenus à la situation du pénultième syndic : c'est le choix de l'actuel conseil syndical et du syndic lui-même l'un l'autre.

Ce n'est pas un signe de bonne gestion, cela alors qu'il n'y a pas plus de 60 à 70 factures à comptabiliser par an.

Pourquoi des assemblées générales tardives alors que les devis, s'il y a lieu, peuvent être demandés tout au long de l'année, même de l'année qui précède ?

Aussi verrons-nous certainement par exemple le devis pour la remise ne état des chaussées délabrées et aujourd'hui dangereuses...

mercredi 18 mars 2015

L'Opel épave n'a pas bougé d'un millimètre.

Elle est là depuis des mois, et certainement encore pour des mois.

dimanche 15 mars 2015

C'est bête, ceux qui ont réclamé à corps et à cris le "bunker passoire" ont vite quitté la jouissance de l'immeuble après la réalisation de leurs souhaits.

C'est bête, ceux qui ont réclamé à corps et à cris le "bunker passoire" ont vite quitté depuis quelques semaines la jouissance de l'immeuble après la réalisation de leurs souhaits.

Mais le "bunker passoire", lui est toujours là.
L'ex-patio ouvert restera dans les esprits comme un lieu où beaucoup d'enfants ont pu s'amuser et grandir dans l'immeuble, sans surveillance particulière de leurs parents puisqu'ils ne jouaient pas loin.

Maintenant, les grilles restent là, les porte ouvertes, et plus personne n'y joue.

L'ex-patio a trouvé un nouvel usage : l'extension du garage à motocyclettes qu'est devenu le local motocyclettes depuis plusieurs mois.

Il va falloir modifier le règlement de copropriété pour inscrire :

- la suppression de l'ex-patio remplacé par un "bunker passoire" utilisé comme extension du garage à motocyclettes après modification de l'usage du local à motocyclettes.

***
Le "bunker passoire" est là, ceux qui l'ont réclamé sur des mensonges, suivis par une majorité simple, ont fui l'immeuble - ils ne sont pas partis avec ; l'immeuble ne bénéficie d'aucune sécurité supplémentaire dont il n'a d'ailleurs pas véritablement besoin, car nous ne sommes pas dans un pays en guerre.

Des grilles, des garde-corps inutiles : plus de 50.000 euros gaspillés, l'immeuble défiguré.


mardi 10 mars 2015

Fermé ou fermer ?

Voilà ce mardi 10 mars 2015 les blocs de boîtes aux lettres des numéros 12 (entrée C) et 14 (entrée D) barbouillés de feutre noir pour prétendument inviter les personnes autorisées à détenir le passe PTT à refermer convenablement les blocs après le dépôt d'un objet qui peut y entrer.

Il n'empêche que l'ordre de fermer, tout collégien le sait, s'écrit en "ez" à la fin, et dans une forme d'invitation avec "er" à la fin.

D'où provient ce "é" qui gâche l'ordre-invitation de fermer proprement le bloc ?

La consigne suggérée est-elle valable alors que la serrurerie de ces blocs installés au tout début du 21ème siècle n'ont jamais été entretenus ?

N'est-ce pas une forme de graffitis qui va en inviter d'autres ?

Merci de ne pas taguer nos blocs de boîtes aux lettre et d'entretenir la serrurerie.


.

Pourvu que l'assemblée générale ordinaire 2015 ne soit pas convoquée dans la crasseuse buanderie...

... par notre syndic qui dispose du libre choix du lieu de tenue de l'assemblée générale.

La buanderie est d'une crasse repoussante, du fait des résidents de la copropriété.

Les salles municipales de pour organiser de telles réunions (privées) abondent dans notre commune, à quelques dizaines de mettre de l'immeuble, des salles propres, chauffée, éclairées, équipées de sanitaires, tous les besoins de gens vivant au 21ème siècle en Europe du Nord.

jeudi 5 mars 2015

Travaux à prévoir : entre 300.000 et 500.000 euros à provisionner.

Le vote de la fameuse réserve spéciale devient impérative, sauf à être pris de court.

Sont à prévoir :
- le remplacement de la chaudière : 50.000 euros à 80.000 euros,
- le ravalement extérieur de l'immeuble : 150.000 à 300.000 euros selon ce qu'il faut faire, (et sans compter des remplacements de fenêtre à caractère privatif),
- la remise en état des chaussées : 30.000 euros.

Et cela sans compter les autres travaux :
- espaces verts à revoir : 10.000 à 15.000 euros.

Et ce qui est en cours et insuffisamment évalué :
- ravalement des cages d'escalier avec mise en état de l'électricité : 40.000 à 70.000 euros.

La copropriété avait-elle besoin d'un "bunker passoire" (ex-patio) avec la serrure de la porte SUD hors service depuis des mois, ou plutôt être bien mieux inspirée en procédant la pure et simple fermeture de notre rue privée ?

Il existe des systèmes de prêts bancaires, suivis ou non par les syndics.

Provisionnons !

mardi 3 mars 2015

Voiture "ventouse" déposée depuis des mois à l'extrémité de notre rue.

Vers le passage piéton (en direction du centre ville), un petit véhicule de marque Opel de couleur blanche en mauvais état, est stationné là depuis plusieurs mois déjà, et n'a pas bougé.

Son immobilisation est telle que le nettoyage de notre rue (dans un état de roulement de plus en plus détérioré) n'est plus fait et que l'eau ne peut plus s'écouler convenablement dans la bouche d'égout.

Que font notre conseil syndical ou syndic, l'un l'autre, pour faire enlever de véhicule qui n'a rien à faire là ?

Que font notre conseil syndical ou syndic, l'un l'autre, pour proposer à la prochaine AGO :

1. la fermeture de notre rue,

2. la réparation des chaussées de plus en plus détériorées ?

dimanche 1 mars 2015

Entrée-sortie des containers : l'entreprise de nettoyage de nouveau défaillante.

Ce dimanche 1er mars 2015, ce n'est pas la première fois que les containers (couvercle noir) sont encore dehors.

Des résidents n'ont pas trouvé mieux que jeter leurs sacs de détritus directement au sol dans le local à container du n° 10. Les containers ne sont pourtant pas bien loin, encore dehors à l'aplomb du bunker (ex-patio).

C'est la deuxième fois en quelques semaines qu'il faut constater que le service de rentrée-sortie des containers n'est pas assuré conformément au contrat.

S'il n'y avait que cela, ce serait sans compter les défaillances dans d'autres prestations contractuelles : les carreaux sales, les blocs de boîtes aux lettres encrassés, etc.

L'entretien ménager est à la mesure de l'immeuble.

jeudi 26 février 2015

Les DAAF : il reste quelques jours (mois) jusqu'au dimanche 08 mars 2015 (vendredi 01/01/2016) pour acheter et poser un DAAF dans son appartement.

Pas besoin d'un coûteux détecteur autonome avertisseur de fumée :
des modèles basiques à la norme "CE" (et tout aussi efficaces) sont vendus 5,90 € TTC dans des magasins de bricolage.
Il en existe pour moins de 5 euros avec la nécessaire norme "CE".

Pas de besoin absolu de percer son plafond si vous disposez d'un support suffisamment près de celui-ci.

Pas plus le besoin impérieux de le fixer au plafond, mais de le positionner au plus près du plafond en évitant des zones interdites (précisé dans la notice du matériel acheté).

Pas besoin d'en installer plus d'un : un seul suffit amplement par appartement F3 ou F4.

Leur durée de vie est indiquée dessus, tout comme la méthode qui doit conduire à remplacer la (les pile(s) selon le modèle, de piles.
(À noter que les piles 9 volt au lithium sont proscrites).

Bonne installation !

(Pas d'inquiétude : il y en a plein les magasins contrairement à ce que disent de fausses rumeurs sur une prétendue pénurie.)


==========================
Bon ou mauvais complément :
une loi récente (loi dite "Macron") repousse la date légale limite d'équipement-installation au 1er janvier 2016 (dans 9 mois).

mercredi 25 février 2015

Et s'il faut changer les sols en plus d'ajouter l'électricité...

... afin de réaliser un véritable ravalement des cages d'escalier de l'immeuble !

Le barbouillage partiel des cages d'escalier voté en 2012 va être annulé lors de la prochaine AGO 2015 par un nouveau vote.

La même assemblée proposera un nouveau vote bien plus proche des véritables besoins de l'immeuble, n'en déplaise au désastreux conseil syndical de 2012.

Faire table rase de votes ineptes, il y a de quoi faire à Bellevue.

lundi 9 février 2015

Voiture ventouse : quand une disparaît, une autre s'installe de nouveau pour de nombreux mois.

C'est à croire que les propriétaires de véhicules ventouse se donnent le mot pour venir déposer leurs épaves sur nos parkings.

La très grande accessibilité de notre copropriété permet des repérages et des dépôts de voitures épaves qui se succèdent depuis de nombreuses années.

L'épave actuelle, une petite voiture Opel de couleur blanche, située au SUD de notre parcelle, est là depuis des mois, immobile.


Et certainement pour des semaines encore...

Tandis que la serrure du "bunker passoire" n'est toujours pas réparée...

dimanche 8 février 2015

Notre syndic dans le numérique en ce début de février 2015.

Notre syndic prône l'ère du numérique et nous invite à consulter nos comptes stockés sur des serveurs situés on ne sait où.

Les copropriétaires ont-ils ce besoin, et faire brûler des tonnes de matière nucléaire pour alimenter en électricité ces serveurs ?

Certain ont dû comprendre à leur dépends depuis quelques jours les conséquences d'avoir communiqué imprudemment leur adresse courriel : ils sont contraints de se connecter pour lire leurs messages numériques.

Avec le courrier postal, le récipiendaire reçoit l'information par une enveloppe et ne prend connaissance de son contenu que si cela lui plaît.

Avec le courrier numérique, dont les spams, il se retrouve contraint de lire son courrier puisque le paradigme est inversé : alors même que personne ne peut le contraindre à disposer d'une connexion à internet, il n'a d'autre échappatoire pour connaître certaines informations que de faire connaître son adresse numérique à l'insu de son plein gré, et par conséquent avoir pris connaissance d'informations sans aucun support.

Nous sommes réduits à des bits (bytes).

Rien n'oblige les copropriétaires à se dématérialiser, la Poste ayant encore pignon sur rue.

mercredi 4 février 2015

Notre conseil syndical ... au grand complet, ira "vérifier" les comptes fin février 2015.

Fin février 2015, pour la vérification des comptes.

Pas d'AGO 2015 avant avril ou mai 2015.

Et souhaitons-le, de nouveau dans une salle accueillante, agréable, chauffée, éclairée, tout ce qu'il n'y a pas dans les murs du SDC Bellevue, et qui ne coûte pas si cher au regard de la "subvention" qu'une location procure aux finances communales.

dimanche 1 février 2015

samedi 31 janvier 2015

Règlement des charges trimestrielles pour le 1er trimestre 2015 : date limite de tolérance ce samedi 31 janvier 2015.

Il ne sera pas nécessaire de présenter ses vœux au syndic, rien ne l'exige, mais de régler les charges trimestrielles appelées depuis le 24 décembre 2014.

mercredi 28 janvier 2015

Menus problèmes de stationnement persistants.

Comme on peut le voir dans ces derniers jours de janvier 2015, le stationnement sur les parkings de la résidence ne s'arrange pas et les automobilistes qui n'abusent pas sont gênés de façon persistante par les abuseurs.

Pendant de temps et depuis de long mois, le "bunker passoire" n'est toujours pas réparé.

mardi 27 janvier 2015

Pour quand l'assemblée générale ordinaire 2015 ?

Bonne question pour laquelle le syndic dit être le seigneur.

samedi 17 janvier 2015

Rénovation de menus affichages.

Cette rénovation donne meilleure mine à de petites choses (interphones, affichages syndicaux).

Toutefois, rien n'est dit sur le "bunker passoire" dont la serrure de la porte SUD est hors service, ni sur la panne qui commence à être longue du projecteur SUD.

vendredi 16 janvier 2015

Même s'ils ne sont pas réalisés en 2015, quand le conseil syndical nous informera-t-il valablement sur les travaux de peinture votés en 2012 ?

Deux ans après leur vote, toujours aucune information valable sur les travaux de peinture partiels dans les cages d'escalier de l'immeuble, qu'ils soient réalisés en 2015 ou en 2016, ou jamais !

lundi 12 janvier 2015

Toujours aucune réparation de la porte du "bunker passoire".

Autant démonter la porte et tout ce qui l'entoure, installé à grands frais pour une inefficacité totale en plus de défigurer l'immeuble.

mardi 6 janvier 2015

"Bilan", ce mot a un sens.

5 mots et voilà qui serait un "bilan".

Rien sur les peintures dans les escaliers, rien sur les voiries hors d'usage, rien sur l'électricité du bunker à l'arrêt en permanence, etc.

Rien sur l'effacement des tags, ...

Les peintures des escaliers, c'est pour quand la réunion d'information sur sa réalisation, sur les 40.000 euros stockés chez le syndic ?

dimanche 4 janvier 2015

Voeux 2015 : les gens d'abord.

Présenter des vœux ne coûte pas cher.

Contrairement à bon nombres d'équipements et d'installations dans l'immeuble, les vœux ne nécessitent ayant entretien visant à entretenir le patrimoine plutôt que d'installer un bunker.

C'est virtuel, une tradition abstraite avant la volonté de considérer les copropriétaires comme de simples bytes.